Terre-envie

un blog exploratoire de Taty Lauwers

plus

19.8 Emaillage porcelaine - détails techniques

Je suis replongée dans la porcelaine pour un atelier on-line.

Petits détails techniques dont je me souviens au fur et à mesure. Généralement quand le dégât est là. Bref. Partageons les infos, car je vois peu de blogs éducatifs en français pour les autodidactes comme moi.


Les couvercles doivent être cuits SUR le pot, pour qu'ils dansent ensemble et s'alignent lors de la fonte à haute température.

Solution 1: je cire les zones de séparation + une petite ligne en plus, par sécurité (voir sur le pot ci-dessous). Je roule de minuscules boules de terre papier, que j'intercale entre le couvercle et le pot. Elles sautent facilement après cuisson d'émail. Je préfère aux rouleaux de battwash, car la terre colle seule.

NB. Bien sûr, s'assurer qu'ils ne touchent aucune zone émaillée.

J'ai roulé de petits colombins de battwash et je les ai collés au couvercle avec de la caséine par la chaux, ma colle maison "de fromage".

D'autres potiers ajoutent de l'hydrate d'alumine pure dans la cire de réserve.

Voir aussi le billet "Cuire des couvercles/surfaces planes en porcelaine"

Si ça colle malgré tout, j'utilise mon petit dremel (avec lunettes pour les éclats). Parfois je termine à l'éponge "aux diamants".

  

Avant émaillage, je fais fondre des restes de bougie, ou de parafine ou de cire de mes encaustiques dans une poele à jeter (crepière en teflon ne durent qu'un instant...). A très basse température. Juste le temps que la cire fonde. Puis j'éteins.

Je transporte vers la plaque électrique tous mes pots dans de grands cartons. Je les i sous la main pour ma procédure quasi industrielle: j'en prends un, je le trempe, je le laisse prendre, je le remets.

Je les ramène à l'atelier, sans qu'ils se chevauchent. Sinon la cire va contaminer une autre surface, ce sera une réserve pour l'émail. Moche!

Pourquoi cirer le bas des pots?

je protège le bas des pots avant l'émaillage (avant: à la cire; aujourd'hui: à la colle pva). Perte de temps, disent certains. C'est plus net, réponds-je. Je peux éponger l'émail, mais s'il est coloré, je trouve qu'il reste toujours un fond de teinte dans la terre. D'autant plus marqué que c'est de la porcelaine. Pourtant bien lissée, au tournage.

Avec la colle pva que j'utilise désormais (vinylique, coûte 9€ le litre), le film se retire comme du latex. Je peux corriger des petites bavures. Et je n'ai pas trop de fumées toxiques dans le four d'émail.


 

Tournage Tournassage

Eponge? J'utilise une éponge comme je le vois faire les potiers américains en vidéo. Mais je la tiens dans le creux de la main dominante (droite), en laissant mes doigts jouer sur la terre. J'appuie selon les besoins pour que l'eau glisse sur mes doigts de cette main là, quand la porcelaine devient trop sèche sous les doigts.

J'ai testé de pprocéder comme eux en tenant l'éponge du bout des doigts: mais je ne sens plus rien au travers de l'éponge. Je n'ai presque plus de plaisir tactile.

Gondolage. Je tourne vite, je monte vite (trop vite avec de la porcelaine récupérée en tout cas). Il arrive souvent que la paroi se mette à gondoler. Dans ce cas, je lisse à l'estèque pour ôter la barbotine qui l'engorge, comme le recommandent tous les profs. Mais j'ai aussi appris lors d'un stage avec Jan De groote (Anvers, chez Atelier Cirkel) qu'à ce moment il suffit d'ouvrir la panse pour qu'elle reprenne ses esprits. Après on resserre. Drôlement efficace. On tournait avec lui de grands pots en grès, il fallait pas qu'en fin de tournage on perde un pot.

Tournassage à sec. Quand un pot est trop sec pour tournasser, j'ai vu que Fernand Everaert le replongeait entier dans l'eau, de longues secondes. Je procède ainsi désormais, j'ai pas eu de dégâts. Même avec la porcelaine.

Surface plane délicate. Quand je dois tournasser une surface plane trop fine ou trop sèche, je la remplis de mousse de récup' avant d'appuyer dessus. Photo: