Terre-envie

un blog exploratoire de Taty Lauwers

plus

15.2 2013 nouveaux émaux AT gris et triaxial blend et progression couleur de  Hopper

Je trouve mes émaux actuels gluants; même si j'aime le ton. Je cherche des émaux plus élégants et plus transparents (pour les reliefs d'érosion et pour les superpositions de marques puis de décals). 

Je  quitte ce vert AT7, trop capricieux. Il m’a fait du quasi métallique sur les bords la dernière fois (après long stockage, mais bon). Il me faut un non-mat pour la vaisselle, mais qui ne soit pas trop morne, un variegated comme ce vert. Si je ne trouve pas, eh bien retour à ma diva. Je cherche une forme de céladon oxydation, aussi. Quelle chance d'être distraite! Je viens d'en trouver un en changeant radicalement les proportions d'un nouveau pot d'émail et en divisant plutôt que de multiplier les grammes d'oxydes.

carb donne un gris bleuté avec transparence effet céladon. Four T2 1210°C.

Tout minicraquelé, mais ça donne un air encore plus Song. Sur DFS, pas de craquèlement, mais effet plus sobre éteint. Très beau gris tout de même, aucun picot ni . Couvre un peu trop les reliefs (lettres simili imprimerie, écrasées au rouleau). En attente de laser décal pour voir effet.


ATG en four T2 1210°C - très craquelé - couleur plus foncée que rée


couleur trop clair



mélangez les deux, vous aurez la couleur réelle: un gris très bleuté, aérien, lumineux tout en étant rabattu (ciel de littoral belge, on va dire).

photo manquante? ii sur assiette porcelaine T2 1210°C (long four ??): mat, pas craquelage pourtant sur porcelaine, pas peau grumeaux, mais sensation sous-cuit - four aurait bloqué avant température?
NB underflange émaillé au pinceau = OK. - NB2 assiette tordue bien sûr, j'y arriverai donc jamais en tournage?


gauche: ATG de 22.2 reconstitué en mélangeant AT0, AT2co, AT10ru, AT10 (restes) pour avoir 0.3 coOx 1.5ru 1.5ni; cuit à T2 1210°C, demande 10° de plus (aussi four lent et long)
droite: 0.30 de CoOx, 1 Ru et 0.75 Ni

ATG de 22.2 sur porcelaine T2 1210°C (long four ??), sur coupe: laserdecals de cru ont disparu = vague forme bronzée; le papillon en oxyde/eau via mirror copy (euh euh euh chais plus vraiment) 

Base AT Charte couleurs - progression Hopper

Dans Ceramic Spectrum (en anglais only), page 135, Robin Hopper explique une technique assez simple pour évaluer les dosages d'oxydes dans un émail particulier; et leur effet sur la tenue de l'émail à la cuisson. Je compte scanner la page, en attendant je gribouille ce que j'ai pratiqué. Assez simple finalement, et rapide! La photo est plus parlante que le texte. D'autres sites publient des photos plus nickel.

Ou comment évaluer la dose de colorant idéale dans un émail, sans peser au microgramme

  • Préparer 100g d’émail sans colorant
  • Prévoir des petits tessons pour ne pas trop fausser le calcul
  • Etaler 10 grammes de colorant en poudre selon besoins sur une plaque de verre
S'il s'agit d'oxydes (cobalt, etc.), étaler 2 grammes sur la plaque, bien sûr
  • en faire un carré d’épaisseur égale, à l’aide d’une carte bancaire
  • diviser le carré en quatre carrés, dont le dernier sera divisé en deux, la colonne 2 de ce dernier carré étant encore divisée en deux

extrait du blog ceramicscape- numéroter comme sur l’image

  • test 1 : ajouter la dose 1 dans l'émail liquide, bien remuer, émailler le tesson nr 1
  • test 2 : ajouter la dose 2 dans le mélange précédent, émailler le tesson nr 2
  • … etc…. etc: quand on arrive à ajouter la dose 6, l'émail est "chargé" à 10%   

le Bailey's red

Testé progression de couleur à la cooper sur AT avec cuivre, cobalt et manganèse , sur assiettes ratées. C'est un système vraiment rapide et assez intuitif.

NB. Fait une base d’1kg d’AT sec avec bentonite ; calculé la dilution d’eau pour mes futurs essais; proportions = 163g de liquide vaut 100g de sec

·Baileys red: sur base de 14 OFV de LL -> 0,88 - 1,75 - 3,50 - 7,00 - 10,50 - 14,00 -> virer, mauvaise idée, car donne un bête brun, sauf 14% = marron doux.

 

Normalement cette base AT était conçue pour 1260°C (1240°C sur mon contrôleur). Si je ne trouve pas de solution, je cuirai à cette température ; mais j’aimerais que tout le monde se retrouve à 1210°C. (1220°C  = 3kw de plus par cuisson que 1200°C) J’ai imaginé baisser la température de cuisson d’AT en le transformant en AS (syenite au lieu de feldspath) et en ajoutant 4% de fritte 3134 – nephsy 42.6 sil 26 craie 14.6 dolo 10 kao 3.8 frit3134 4 bento 2 + cuox 1.5 ti 3 -

Pour baisser de cone 10 ou 8 à 6, j’avais vaguement compris grâce entre autres à un article de Val Cushing qu’il fallait remplacer le Feldspath par de la nephsy ou du sodique ou  ajouter une fritte bore même à 5% ou un peu de lithium carbonate.  

Résultat : ça n’a plus rien à voir, même le test sans la fritte. S’applique mal, se comporte mal, couleurs habituelles ne se révèlent pas sauf pour une : le vert de cuivre y est superbe, presque « satiné vers mat » (1.5 cuox et 3 titane). Après deux tests à 1210 et 1225°C T2, la solution AS pour les autres oxydes est un ratage, je passe à autre chose.

AS  1225°C
nephsy 42.6 sil 26 craie 14.6 dolo 10 kao 3.8 frit3134 4 bento 2 + cuox 1.5 ti 3


AT en col 1 et AS en col 2 (recalculé à 100% par insight)
assez proches, pourtant non?

ça me confirme dans l'idée de ne pas m'enfermer dans les calculs Seger et de les compléter avec le pifomètre raisonné